Dieu en tant que créateur

Nous vivons dans un monde qui regorge d'un vaste assortiment de créatures vivantes. Il existe des microbes unicellulaires, tels que les bactéries et les protozoaires, des créatures microscopiques invisibles qui, pourtant, sous un puissant grossissement, présentent un design complexe et compliqué. À l'autre extrémité de l'échelle, on trouve les énormes baleines bleues, qui peuvent atteindre 100 pieds de long et peser jusqu'à 115 tonnes. La terre abrite des oiseaux qui s'élèvent à des kilomètres au-dessus du niveau de la mer, ainsi que des créatures qui vivent dans les profondeurs de l'océan. Il y a des plantes qui produisent des fleurs d'une beauté et d'un parfum exquis, et d'autres qui ressemblent à de la viande avariée et qui sentent mauvais. Vue de l'espace, la Terre ressemble à un joyau bleu et blanc scintillant. La Terre, unique parmi les planètes, est parfaitement adaptée à la vie. Son caractère unique a été mis en évidence par les sondes Mariner, Viking et Voyager, qui ont montré que les autres planètes connues étaient totalement hostiles et interdites à la vie.

Pourquoi la Terre est-elle une planète exceptionnellement vivante ? Pourquoi y a-t-il une telle abondance et une telle variété de vie sur terre ? S'agit-il d'un accident ? Ou bien est-ce planifié et y a-t-il un but derrière tout cela ? S'il y a un but, quel est-il ? Telles sont quelques-unes des questions que je souhaite explorer avec vous aujourd'hui.

Existe-t-il des preuves réelles de la théorie de l'évolution, la "macroévolution" comme on l'appelle parfois, défendue par Charles Darwin et d'autres. Rares sont ceux qui doutent que les organismes puissent s'adapter à un environnement par des ajustements limités de leur code génétique (ou de la manière dont le code est exprimé dans des conditions variables). Mais des mutations qui finissent par produire quelque chose comme un cheval à partir de ce qui était au départ un poisson, c'est tout à fait différent. Une telle théorie va à l'encontre de preuves considérables. Beaucoup, y compris de nombreux scientifiques réputés, ont conclu que ceux qui croient en l'évolution darwinienne le font en dépit, et non à cause, des nombreuses preuves physiques concernant l'origine et l'histoire de la vie sur terre.

Veuillez examiner avec moi certains des facteurs qui pèsent contre le darwinisme. Considérez également le témoignage de la parole de Dieu sur la question de la création. Cela vous permettra peut-être de mieux comprendre certains des principes et des objectifs selon lesquels Dieu travaille et qui se manifestent à la fois dans sa parole et dans sa création physique.

Tout d'abord, demandons-nous si la Bible traite directement du concept de l'évolution lui-même. Vous serez peut-être surpris d'apprendre que c'est le cas, même si nous ne devrions pas vraiment l'être, car le concept d'évolution n'est pas nouveau. Il est en fait très ancien. Les différentes cultures qui se sont succédé au début de l'histoire ont pu envisager les détails de différentes manières, mais le concept de base de l'évolution est très ancien. Par exemple, les Babyloniens croyaient que la terre et le ciel s'étaient développés spontanément à partir d'un chaos aquatique primitif. Bien que les Babyloniens aient personnifié la terre et le ciel ainsi que d'autres manifestations physiques en leur donnant des noms et en les qualifiant de dieux, leur système n'en est pas moins un système souvent guidé par une force évolutive aveugle, ou pourrait-on dire, par le destin. Dans leur cosmologie, les Babyloniens confondaient certains éléments de vérité avec beaucoup de choses fausses. Selon certaines versions de leur cosmologie, l'homme a jailli des gouttes de sang de l'un de leurs dieux. Dans d'autres versions, l'homme a été façonné par les dieux à partir du sang d'un dieu condamné. Dans les premières mythologies cosmologiques, qui étaient censées exprimer certaines vérités sous forme poétique et ne devaient pas nécessairement être prises au pied de la lettre, les dieux sont souvent gouvernés par le destin ou le hasard. Ce qui est en fait la force motrice de la théorie moderne de l'évolution.

Il faut comprendre qu'au moins certaines cultures anciennes, sinon la plupart, avaient des versions différentes de la façon dont la terre et la vie, etc. sont apparues, tout comme notre culture actuelle. Certaines impliquaient que divers éléments de l'univers étaient personnifiés sous forme de dieux. D'autres versions rappellent beaucoup ce que l'on peut lire dans les textes modernes de ce que les évolutionnistes appellent la science. Parmi les enseignements des Égyptiens figurait la croyance selon laquelle la terre était née spontanément d'un chaos aquatique, sous la forme d'un monticule primordial. L'homme a évolué à partir de vers qui vivaient dans le Nil.

Certaines versions de la cosmologie grecque primitive sont très proches de la cosmologie babylonienne. Une autre version populaire de la cosmologie primitive ne mentionne pas les dieux, mais suit de très près les grandes lignes des spéculations évolutionnistes modernes. Ce système, dont les origines remontent à plusieurs siècles, a été résumé par Diodore de Sicile au premier siècle avant J.-C. Je paraphrase ce qu'il a écrit : Au début de l'univers, le ciel et la terre étaient mélangés. Les parties enflammées ont fini par s'unir pour former le soleil et le reste des corps célestes. Pendant ce temps, la partie visqueuse et boueuse s'est agglomérée avec l'humidité pour former la terre. L'humidité s'est accumulée pour former les mers, tandis que les parties plus solides sont devenues la terre.

L'histoire raconte ensuite que la chaleur du soleil a agi sur l'humidité et a produit des membranes ressemblant à des bulles, comme on en voit aujourd'hui dans les zones marécageuses. C'est dans ces membranes que la vie s'est développée. Plus tard, lorsque les conditions ont changé, les membranes n'ont plus pu engendrer de plus grandes créatures, mais elles ont continué leur existence par l'union des sexes. [cf. 1.7, Bibliothēkē ("Bibliothèque", également connue sous le titre latin "Bibliotheca historica") ; une traduction anglaise intitulée La bibliothèque d'histoire est disponible dans le cadre de la Loeb Classical Library qui peut être consultée sur Internet].

Nous voyons ici un schéma très clair qui n'est pas si différent de la théorie moderne de l'évolution, basée sur l'idée que la vie a été générée spontanément par hasard dans des étangs ou des mares d'eau au début de l'histoire de l'existence de la terre.

Il est intéressant de noter qu'alors que les anciens païens enseignaient que les hommes provenaient du sang de dieux tués ou qu'ils avaient évolué à partir de vers dans le Nil, le récit biblique est très lucide, direct et véridique. La Bible dit que Dieu a créé l'univers par la parole de sa puissance. "Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Il était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par lui, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans lui" (Jean 1:1-3).

"C'est par la parole de l'Éternel que les cieux ont été faits, Et toute leur armée par le souffle de sa bouche. Il rassemble les eaux de la mer en un monceau, Il met l'abîme en réserve. Que toute la terre craigne l'Éternel, Que tous les habitants du monde soient dans l'admiration. Car il a parlé, et cela s'est fait ; il a ordonné, et cela s'est accompli" (Psaumes 33:6-9).

"Il a fait la terre par sa puissance, Il a fondé le monde par sa sagesse, Il a étendu les cieux selon son bon plaisir" (Jérémie 10:12).

"Ah, Seigneur Dieu ! Voici que tu as fait les cieux et la terre par ta grande puissance et ton bras étendu. Rien n'est trop difficile pour Toi" (Jérémie 32:17).

"Tu es digne, Seigneur, de recevoir la gloire, l'honneur et la puissance, car tu as créé toutes choses, et c'est par ta volonté qu'elles existent et qu'elles ont été créées" (Apocalypse 4:11).

"Dieu, qui a parlé autrefois aux pères par les prophètes en divers temps et de diverses manières, nous a parlé en ces derniers temps par son Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses et par lequel il a fait les mondes. Ce Fils, qui est l'éclat de sa gloire et l'image expresse de sa personne, et qui soutient toutes choses par la parole de sa puissance, après avoir purgé lui-même nos péchés, s'est assis à la droite de la Majesté d'en haut" (Hébreux 1:1-3).

L'Écriture implique que la création est constituée de son Esprit ou de sa puissance. Plus la science progresse dans la compréhension de la nature de la matière et de l'univers matériel, plus elle se rapproche de l'image présentée par Dieu il y a des milliers d'années. La matière est simplement une manifestation de l'énergie ou de la puissance.

La Bible dit à plusieurs reprises que Dieu a étendu les cieux. "J'ai fait la terre, et j'y ai créé l'homme. J'ai étendu les cieux de mes mains, Et j'ai commandé à toute leur armée" (Isaïe 45:12 ; l'expression "mes mains" est une expression métaphorique, comparant Dieu à un ouvrier qui fabrique quelque chose de ses mains). Les observations et les calculs scientifiques modernes ont permis d'établir, il y a à peine un siècle, que l'univers est en expansion, comme le décrit la Bible. Mais au lieu que la vie émerge spontanément de la boue ou de la vase, la Bible dit que Dieu a fait ou créé les différentes formes de vie. Plus nous en apprenons sur la nature et la complexité de la vie, plus il devient évident que la vie n'a pu voir le jour qu'en étant créée par un Être suprême surnaturel.

À l'époque de Jésus-Christ, les deux philosophies les plus influentes dans le monde romain étaient le stoïcisme et l'épicurisme. Les stoïciens pensaient que Dieu était l'esprit de l'univers ou que l'univers lui-même était Dieu. Dieu était dans tout et était tout. Les idées de ce type sont de plus en plus populaires parmi de nombreuses personnes aujourd'hui.

Les épicuriens étaient athées et totalement matérialistes. Ils pensaient que l'univers était le résultat d'un concours accidentel d'atomes, qu'il n'avait pas été créé et qu'il n'avait pas de raison d'être. Il n'y a ni dieu, ni loi morale suprême, ni juge suprême. Le monde est régi par un hasard aveugle. L'épicurisme et le stoïcisme considèrent tous deux que le destin de l'homme est régi par des forces fatalistes sur lesquelles il n'a que peu ou pas de contrôle.

Lucrèce est un écrivain romain du premier siècle avant J.-C. Il était épicurien. Il a écrit un poème composé de six "livres", dans le but d'expliquer la philosophie épicurienne. La vision épicurienne de l'origine et de la nature de l'univers, telle qu'exprimée par Lucrèce, est résumée ci-dessous :

L'univers, selon l'épicurisme, est dépourvu d'esprit et de créateur. Il s'agit d'un ensemble d'atomes sans but et sans intelligence, sans aucune source cosmique de direction qui le soutiendrait. Ses particules ou atomes invisibles sont constamment en mouvement, se bousculant les uns les autres sans guide ni direction. Il n'y a pas de fin ni de but à l'existence, seulement une mutation, une création et une destruction incessantes, régies entièrement par le hasard, dans lesquelles les atomes s'agitent de telle ou telle façon. Puisqu'il n'y a pas de scène originale de création mythique à invoquer, l'épicurisme propose que les plantes et les animaux aient évolué par le biais d'un processus étendu d'essais et d'erreurs. Ce processus aléatoire, qui s'est poursuivi sur des périodes incommensurables, serait à l'origine de l'émergence de toutes les espèces, animales et humaines. Dans certains cas, ce processus aléatoire a échoué, Il en résulte des créatures mal équipées pour rivaliser pour les ressources ou pour créer une descendance, et qui ont succombé à l'extinction - contrairement aux créatures parfaitement formées, capables de s'adapter et de se reproduire. (Citation tirée de "Evolution Versus Design : An Ancient Debate", evolutionnews.org ; l'article est un extrait du livre "Evolution Versus Design : An Ancient Debate", evolutionnews.org. Prendre congé de Darwin : Un agnostique de longue date découvre les arguments en faveur de la conceptionpar Neil Thomas).

Toute vie est le résultat d'une coalescence accidentelle d'atomes, selon la vision épicurienne. Cette conception est bien sûr au cœur de la pensée évolutionniste matérialiste moderne. L'Ecriture aborde ces idées en montrant que Dieu a un plan et que le destin, ou le hasard, n'est pas maître de la situation. La Bible présente un point de vue tout à fait différent, comme suit :

Des philosophes épicuriens et stoïciens le rencontrèrent. Les uns dirent : "Que veut dire ce bavard ?". D'autres dirent : "Il semble que ce soit un annonciateur de dieux étrangers", parce qu'il leur prêchait Jésus et la résurrection. Ils le prirent et l'amenèrent à l'Aréopage, en disant : "Pourrions-nous savoir quelle est cette nouvelle doctrine dont tu parles ? Car tu nous fais entendre des choses étranges. Nous voulons donc savoir ce qu'elles signifient." En effet, tous les Athéniens et les étrangers qui se trouvaient là ne passaient leur temps qu'à raconter ou à entendre quelque chose de nouveau. Paul, debout au milieu de l'Aréopage, dit : "Hommes d'Athènes, je vois que vous êtes très religieux en toutes choses ; car, en passant, j'ai examiné les objets de votre culte, et j'ai même trouvé un autel portant cette inscription : "Au dieu inconnu : AU DIEU INCONNU. C'est pourquoi, celui que vous adorez sans le connaître, je vous l'annonce : Dieu, qui a fait le monde et tout ce qu'il contient, puisqu'il est le Seigneur du ciel et de la terre, n'habite pas dans des temples faits de main d'homme. Il n'est pas non plus adoré par des mains d'hommes, comme s'il avait besoin de quelque chose, puisqu'il donne à tous la vie, le souffle et toutes choses. Il a fait d'un seul sang toutes les nations d'hommes pour qu'elles habitent sur toute la surface de la terre, et il a fixé leur temps et les limites de leurs demeures, afin qu'elles cherchent le Seigneur, dans l'espoir de le trouver en tâtonnant, bien qu'il ne soit pas loin de chacun de nous ; car c'est en lui que nous vivons, que nous nous mouvons et que nous existons, comme l'ont dit aussi certains de vos poètes : "Car nous sommes aussi sa descendance". C'est pourquoi, puisque nous sommes la progéniture de Dieu, nous ne devons pas penser que la nature divine est comme l'or, l'argent ou la pierre, quelque chose qui a été façonné par l'art et l'imagination de l'homme. En vérité, Dieu a négligé ces temps d'ignorance, mais il ordonne maintenant à tous les hommes de se repentir, parce qu'il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l'homme qu'il a désigné. Il en a donné l'assurance à tous en le ressuscitant d'entre les morts" (Actes 17,18-31).

"C'est par la foi que nous comprenons que les mondes ont été construits par la parole de Dieu, de sorte que les choses visibles n'ont pas été faites à partir des choses visibles" (Hébreux 11:3).

Des moqueurs viendront dans les derniers jours, marchant selon leurs propres désirs, et disant : "Où est la promesse de son avènement ? Car, depuis que les pères se sont endormis, tout subsiste comme au commencement de la création'. Car ils oublient volontairement que, par la parole de Dieu, les cieux ont été anciens et la terre hors de l'eau et dans l'eau, et que le monde qui existait alors a péri, submergé par les eaux" (II Pierre 3:3-6). Il s'agit d'une brève histoire de la façon dont le monde actuel (kosmosIl déclare que le monde tel qu'il existait auparavant a été détruit par l'eau. Il déclare que le monde tel qu'il existait auparavant a été détruit par l'eau.

"L'insensé dit en son coeur : Il n'y a point de Dieu. Ils sont corrompus, ils commettent des iniquités abominables ; Il n'y a personne qui fasse le bien. Dieu regarde du haut des cieux les enfants des hommes, Pour voir s'il y a des intelligents qui cherchent Dieu. Ils se sont tous détournés, ils se sont tous corrompus, Il n'y a personne qui fasse le bien, Pas un seul" (Psaumes 53:1-3). Dieu a placé toute l'humanité sous le joug du péché, jusqu'à ce qu'elle soit amenée à se repentir. Nier l'existence de Dieu, que ce soit par des mots ou par un comportement, produit un manque de compréhension et de connaissance, et comme l'indique ce psaume, produit le mal.

La théorie moderne de l'évolution est plus sophistiquée à certains égards que les théories antérieures, mais elle est fondamentalement la même d'un point de vue philosophique. La théorie moderne de l'évolution est-elle une "vraie" science, comme beaucoup le pensent ? Ou bien s'agit-il plutôt, malgré sa large acceptation par les scientifiques et une grande partie du public, d'une forme de "fausse" science fondée sur de vaines spéculations, qui a servi à saper dans l'esprit de beaucoup le concept d'un Dieu créateur tout-puissant, doté d'une autorité absolue ? La Bible nous avertit d'éviter "les discours profanes et vains, et les oppositions à la science faussement appelée : que certains professent se sont égarés dans la foi" (I Timothée 6:20-21). L'évolution pourrait-elle correspondre à cette description ? En plaçant leur confiance dans l'évolution comme explication correcte des origines, de nombreuses personnes de notre époque séculière ont en effet rejeté d'emblée toute notion de Dieu.

Un principe important exprimé dans la Parole de Dieu est le suivant : "Mettez tout à l'épreuve, retenez ce qui est bon" (I Thessaloniciens 5:21). Je ne voudrais pas que vous croyiez quelque chose simplement parce que je le dis. Examinez attentivement les preuves, qu'elles proviennent de la Bible ou de la nature elle-même. Pesez tous les aspects de la question, demandez à Dieu de vous guider dans la prière et décidez ensuite de ce que vous croirez.

La question fondamentale concernant les origines est la suivante : l'univers, et en particulier la vie, est-il la conséquence d'une création intelligente ou d'un hasard aveugle ? Les propagandistes de l'évolution tentent de repousser toute considération d'une alternative à leurs spéculations hors de l'arène de la science, en prétendant que la religion et la science se trouvent dans des sphères de connaissance séparées et que, par conséquent, la religion ne devrait pas avoir d'influence sur la discussion scientifique. La Bible, cependant, a beaucoup à dire sur les origines, tout comme les théories alternatives, y compris l'évolution darwinienne et ses ramifications. Il n'y a rien de mal à voir comment les preuves s'accumulent lorsque les spéculations des évolutionnistes sont comparées à ce que la Bible dit sur les origines et aux implications de ses déclarations concernant les origines.

Niles Eldredge, du Musée américain d'histoire naturelle, est l'un des principaux partisans de ce que l'on appelle "l'équilibre ponctué". Ayant constaté que les archives fossiles ne confirment pas le concept d'évolution graduelle proposé par Darwin, le Dr Eldredge et d'autres ont proposé l'idée que, pendant de longues périodes, il n'y a pratiquement pas de changements évolutifs, puis, très soudainement, des changements majeurs se produisent et donnent naissance à des formes de vie très différentes. Le Dr Eldredge est un évolutionniste convaincu. Il a publié en 1982 un livre attaquant ceux qui croient au concept de création ou à l'idée qu'un Être suprême a créé la vie sur la terre. Le titre du livre est L'affaire des singes : Un scientifique s'intéresse au créationnisme. Une partie de ce qui suit se réfère à certains des principaux axes de son livre, mais s'applique également de manière générale à la question de savoir si la vie a "évolué" de son propre chef ou si elle a été créée par Dieu.

Il n'est pas rare que les propagandistes de la théorie de l'évolution s'arrogent le droit exclusif au manteau et à l'autorité de la "science" et tentent en fait de réduire au silence l'opposition à la théorie de l'évolution en la ridiculisant. Cependant, de nombreux créationnistes sont des scientifiques très compétents et accomplis qui ont fait un travail efficace pour exposer les nombreuses faiblesses, erreurs et contradictions de la théorie de l'évolution. En général, les critiques formulées par les créationnistes à l'encontre des hypothèses de l'évolution sont souvent justes. Cependant, certains partisans du créationnisme, mais pas tous, ne reconnaissent pas que la Genèse 1 décrit un remaniement de la surface de la terre et non, sauf dans le tout premier verset, la création originelle de la terre. Ce malentendu tend à affaiblir les arguments en faveur du point de vue créationniste aux yeux de ceux qui doutent de l'idée que la terre n'a que 6 000 ans, ou même seulement 10 000 ou 15 000 ans, comme le pensent certains créationnistes. Dieu n'a pas révélé avec précision l'âge de la terre, et tout âge attribué par les évolutionnistes ou les créationnistes n'est que spéculatif.

Trop de personnes dans le grand public ont été trompées en acceptant l'évolution comme une théorie "scientifique", tout en concluant que la croyance en la création ne peut pas être considérée comme scientifique parce qu'elle n'est pas "testable" en laboratoire. Cependant, il devrait être évident que l'évolution, en tant que proposition d'une série d'événements survenus dans un passé lointain, n'est pas non plus testable en laboratoire. Elle n'est donc pas plus "scientifique" en ce sens que la création. Puisque ni l'évolution ni la création ne peuvent être reproduites en laboratoire, nous devons nous appuyer sur d'autres preuves pour tester la validité de chacune d'entre elles.

Les auteurs d'un livre intitulé Le mystère de l'origine de la vie : Réévaluation des théories actuelles (publié en 1984) sont tous des scientifiques professionnels. Il s'agit de Charles B. Thaxton, Walter L. Bradley et Roger L. Olsen. Ils qualifient la science qui traite d'événements non récurrents de science "des origines". Des preuves peuvent être apportées pour que les théories de la science des origines soient jugées "plausibles" ou "non plausibles". Mais ces théories ne peuvent pas être "falsifiées" par l'observation directe, comme c'est le cas pour la science opérationnelle. L'évolution chimique est une tentative spéculative d'expliquer un événement singulier - l'origine de la vie. Mais est-elle plausible ou non ? C'est une question à laquelle la science peut répondre, selon les auteurs.

De nombreux scientifiques accomplis ont rejeté la théorie darwinienne de l'évolution et ses dérivés, tels que la théorie dite de "l'équilibre ponctué", qu'ils considèrent comme peu plausible. Un document intitulé "A SCIENTIFIC DISSENT FROM DARWINISM", signé par plus de 1000 scientifiques, est disponible sur Internet. Leur déclaration est la suivante : "Nous sommes sceptiques quant à la capacité de la mutation aléatoire et de la sélection naturelle à expliquer la complexité de la vie. Un examen attentif des preuves de la théorie darwinienne devrait être encouragé". Les signataires sont des chercheurs et des professeurs de plusieurs disciplines, notamment la biologie, la biochimie, la chimie, etc. Le document et la liste des signataires sont disponibles sur le site dissentfromdarwin.org.

La théorie de l'évolution et la théorie de la création, si l'on veut l'appeler ainsi, suggèrent ou "prédisent" ce que l'on peut s'attendre à trouver en examinant les preuves disponibles.

Le Dr Eldredge affirme que l'évolution prédit "un modèle cohérent de similitude reliant toutes les formes de vie". C'est également le cas de la Bible. "Ce qui arrive aux fils de l'homme arrive aussi aux animaux ; une même chose leur arrive : comme l'un meurt, l'autre meurt aussi..... Tous sont issus de la poussière, et tous retournent à la poussière" (Ecclésiaste 3:19-20). "Dieu... a fait le monde [kosmos-le monde tel qu'il est structuré et ordonné] et tout ce qui s'y trouve.... Il donne à tous la vie, la respiration et toutes choses" (Actes 17:24-25). "Dieu n'est pas l'auteur de la confusion, mais de la paix [ou de l'harmonie]" (I Corinthiens 14:33).

Le Créateur est décrit dans la Bible comme un être de loi, d'ordre et d'harmonie. Nous nous attendons à ce que ces qualités se reflètent dans sa création. (La Bible va bien sûr plus loin et explique les raisons du chaos et de la confusion qui règnent parfois sur terre). Si l'évolution prédit un "arrangement hiérarchique des similitudes", la Bible le fait aussi. En fait, cette hiérarchie est implicite dans l'ordre de la création que l'on trouve dans la première partie de la Genèse.

What’s interesting though is what we find when the predictions of evolution and the Bible record diverge. If Darwinism were true, as Darwin himself recognized, the fossil record should show evidence of many intermediate forms in a gradual change from “simple to complex” (though there are no “simple” life forms, any form of life is exceedingly complex). The Bible reveals that the principle God follows in creating living organisms is that each kind should reproduce its own kind (see Genesis 1), thus we would not expect to find transitional fossils among those buried if the Bible is an accurate record of what happened. After well over a hundred years of searching the fossil record since the publication of “The Origin of Species” in 1859, which prediction has proven accurate? First, what about the claim often made that simpler forms of life appear in the fossil record earlier than more advanced forms as though there were some kind of progression? Following is a statement from a college Biology text, “The Science of Biology,” by Paul B. Weisz, “It is a very curious circumstance that rocks older than about 500 million years are so barren of fossils, whereas rocks younger than that not only are comparatively rich in them, but also include representatives of most major categories of organisms. Many hypotheses have been proposed to account for this sudden and simultaneous appearance of different fossil groups. But to date, aucune explication satisfaisante n'a été trouvée" (p. 677). Il convient également de noter qu'au fur et à mesure de la découverte de nouveaux fossiles, toutes les grandes catégories d'animaux et de plantes ont été trouvées dans les premières roches fossilifères, le Cambrien. En fait, une explication satisfaisante a été trouvée, elle se trouve dans la Bible, qui conduirait à rechercher une apparition soudaine et simultanée de diverses formes de vie.

Evolution, however, has a real problem with the fossil evidence, since it doesn’t show the gradual progression from “simple” to complex the theory predicts. It is true that a small number of single celled fossils have been found in rocks dated much older by evolutionists. However, the evidence does not at all suggest that these evolved into any “higher” or more complex organisms. In fact, what are believed by evolutionists to be the oldest known fossils, found in rocks they claim are three billion eight hundred million years old, “are morphologically identical to modern yeasts.” Not much help for Darwinism there. It’s worth noting too that the rocks contain no trace of the proposed prebiotic soup that supposedly led to the first organisms, which if it existed should have left “either massive sediments containing enormous amounts of the various nitrogenous organic compounds…or alternatively in much-metamorphosed sediments we should find vast amounts of nitrogenous cokes…” (Brooks and Shaw, “Origin and Development of Living Systems,” p. 359)

The lack of transitional forms in the fossil record, contrary to what Darwinism predicts, is in fact the very reason the “Punctuated Equilibrium” theory has recently become increasingly popular among evolutionists. The theory of evolution failed to accurately predict what would be found in the fossil record! As it was stated in a Newsweek article on “Punctuated Equilibrium,” a warmed over version of the 1940’s “Hopeful Monster” theory, published November 3, 1980, “Evidence from fossils now points overwhelmingly away from the classical Darwinism which most Americans learned in high school…” (p. 95). That’s why many have been forced to conclude that a major overhaul of the theory is necessary to save the basic concept of a creation without a Creator. Of course, the fossil record presents no such problem for one who understands and believes the Bible record.

Puisque le principe révélé dans la Bible est que les espèces se reproduisent selon leur propre espèce, nous nous attendrions également à trouver dans l'ordre naturel une fixité des espèces, ou une stabilité génétique sur de longues périodes de temps, si la Bible est vraie. En revanche, puisque l'évolution affirme que les espèces évoluent vers d'autres espèces, on s'attendrait à trouver un manque de fixité des espèces ou de stabilité génétique. Quelle idée s'est avérée exacte ? Là encore, les preuves confirment les données bibliques. Il existe de nombreux exemples de types qui sont restés pratiquement inchangés pendant des "centaines de millions d'années", selon les méthodes de datation des évolutionnistes.

Dans leur livre "L'évolution depuis l'espaceFred Hoyle et Chandra Wickramasinghe utilisent l'exemple des insectes fossiles : "Il est particulièrement remarquable que aucune forme avec les ailes à un stade intermédiaire de développement n'a été trouvée. Lorsque les insectes fossiles ont des ailes, elles sont entièrement fonctionnelles pour servir au vol, et assez souvent dans les anciens fossiles les ailes sont essentiellement identiques à celles que l'on trouve aujourd'hui" (p. 86). "Les coléoptères ont une histoire ancienne qui remonte à environ 250 millions d'années. Lorsque des spécimens complets de coléoptères sont trouvés dans les archives fossiles, ils sont peu de différence avec les formes actuelles" (p. 118). Autre exemple : "Les premiers fossiles de monotrèmes proviennent du Pléistocène australien. sont essentiellement les mêmes que les formes vivantes..." (p. 87). En résumant les preuves, les auteurs déclarent : "Les preuves factuelles sont très majoritairement limitées à des lignées de créatures qui ne changent pas beaucoup d'une génération à l'autrecomme par exemple les différents ordres d'insectes.... Partout où l'on voudrait des preuves de changements et de liens majeurs, on en trouve... manquent ostensiblement dans le registre fossile" (p. 89). Une fois de plus, la prédiction de l'évolution s'est avérée fausse, et celle de la Bible vraie. Les créatures restent stables sur de longues périodes, et une espèce ne se transforme pas en une autre !

On prétend que la datation radiométrique a permis de vérifier le positionnement des strates tel qu'il avait été établi par les géologues. Cependant, la datation radiométrique n'est pas fiable. Elle fait intervenir des variables qui sont soumises aux suppositions et aux interprétations du chercheur, lesquelles sont à leur tour influencées par ses préjugés liés à l'acceptation générale de la théorie de l'évolution. Même dans ce cas, des dates "anormales" apparaissent assez régulièrement, qui sont généralement discrètement ignorées par les évolutionnistes. Par exemple, des laves provenant de volcans dont l'âge géologique connu est mesuré en siècles ou moins ont donné des âges radiométriques variant de 100 millions à 10 milliards d'années. Le pétrole, formé il y a des millions d'années selon la géologie évolutionniste, donne des dates radiocarbones de 3 000 à 9 000 ans. Plusieurs échantillons de charbon, censés s'être formés il y a des millions d'années, ont été datés au radiocarbone de 30 000 à 45 000 ans. La grande majorité des fossiles sont datés au radiocarbone de moins de 15 000 ans. Homo Sapiens pas plus vieux que 8 500 ans et un âge indiqué pour les Australopithèque Les fossiles datent d'environ 12 500 ans. Du bois trouvé dans du calcaire crétacé "vieux de 100 millions d'années" a été daté de 12 800 ans par la méthode du radiocarbone.

Les techniques de datation radiométrique ne peuvent pas être utilisées pour la plupart des roches sédimentaires elles-mêmes, où se trouvent la plupart des fossiles. Les fossiles sont généralement datés par les roches dans lesquelles ils se trouvent, et la plupart des roches par les fossiles qui s'y trouvent, ce qui est un raisonnement circulaire. Les méthodes de datation des évolutionnistes présentent de nombreux problèmes, divergences, anomalies et contradictions. Un écrivain scientifique du nom de Roger Lewin a écrit un livre à ce sujet il y a quelques années, intitulé Bones of Contention.

De nombreux phénomènes ne peuvent être expliqués par les méthodes "acceptées" de datation. Parmi eux, les fossiles polystrates tels que les arbres qui s'étendent à travers des sédiments supposés dater de centaines de millions d'années, les artefacts fabriqués par l'homme qui ont été trouvés enfouis dans des strates supposées dater de centaines de millions d'années, et les fossiles trouvés dans des strates supposées précéder les formes vivantes de centaines de millions d'années.

Throw in besides the so-called “living fossils,” such as the okapi, which was said to have become extinct in the Miocene Epoch about 30 million years ago, until one was captured in 1906, or the coelacanth, a fish supposedly extinct for 65 million years, until they began to be caught off the coast of Africa some years ago, as well as others. Consider too that some part of “every” geologic period rests “directly” upon Precambrian deposits. The example mentioned above of yeast fossils in “the world’s oldest rocks” raises another question relating to rock dating methods. Since yeasts are saprophytic fungi, dependent on dead organic cells for nutrients, how could they have existed hundreds of millions or billions of years before other life forms? Another problem regarding such fossils: They are found in what is supposed to be the earliest known rocks, which leaves little or no time for prebiotic evolution. All dating methods for ancient phenomena are based on highly risky assumptions and must be considered speculative. As Professor Edward Deevey, Director of the Geochronometric Laboratory at Yale University, wrote in an article for “Scientific American” in February 1952, geological dating is “inspired guesswork.” My question is: who’s doing the inspiring? He also discusses some of the many variables and unknowns that can affect the outcome of, in this instance, radiocarbon dating. The truth is, no human knows for sure the age of the rocks, the earth, or the universe. Based on what the Bible reveals, and other evidence, the renewal of the earth’s surface and the restoration of life on the earth as described in Genesis one occurred about 6000 years ago, but the earth itself is older, probably much older, than 6,000 years, but how much older is anybody’s guess. It’s likely, as geological evidence seems to indicate, that multiple episodes of catastrophic events leading to the extinction of many or most living creatures on the earth have occurred, followed by episodes of renewal of life in various forms at the hand of the Creator, as Scripture seems to indicate (Psalms 104:24-30).

L'"équilibre ponctué" ou l'idée de sauts soudains dans l'évolution ont-ils vraiment une raison d'être ? Norman Macbeth est un critique de l'évolution (mais pas un créationniste) et l'auteur de Darwin à la retraite : Un appel à la raison. Dans une interview publiée dans "VERSDans le numéro du printemps 1982 de la revue "The Evolution", il qualifie ce concept de "chimère", de "conseil de désespoir, d'espoir fou". Il a déclaré que le fait même que les évolutionnistes doivent invoquer un tel concept indique "qu'ils sont en état de faillite". Il ajoute : "...comme n'importe quel imbécile peut le constater, il est extrêmement difficile de le documenter, en fait impossible. Il ne s'agit pas d'une théorie scientifique, mais seulement d'une affirmation selon laquelle nous sommes dans une situation si terrible qu'il doit s'agir de quelque chose de l'ordre du miracle." Je trouve intéressant que le Dr Macbeth ait eu des relations étroites avec de nombreux scientifiques du Musée américain d'histoire naturelle, et qu'il ait même donné des conférences devant eux. Il fait remarquer "qu'entre eux, les scientifiques admettent de grandes faiblesses [dans les théories de l'évolution, notamment l'équilibre ponctué, la dérive génétique ou l'effet Sewall Wright] mais qu'ils ne les révèlent pas au public... et c'est ce qui se passe au Muséum". La Bible ne consacre pas beaucoup d'espace au monde pré-adamique. Mais elle nous donne les grandes lignes et certains "détails clés" de ce que Dieu a fait, ainsi que les principes et les objectifs selon lesquels Dieu travaille. À partir de là, nous devrions être en mesure de déterminer, dans le cadre de lignes directrices générales, ce qui correspond et ce qui ne correspond pas. Parmi les vérités révélées qui ont un rapport direct avec la discussion qui nous occupe, on peut citer les suivantes :

(1) Depuis le commencement et à travers tous les âges, Dieu a toujours eu un "dessein spécifique" pour sa création. Dans Éphésiens 3, Paul parle du mystère du "dessein éternel" de Dieu qui, "depuis le commencement des siècles", est caché en Dieu qui "a créé toutes choses par Jésus-Christ" (vs. 9-11). Nous comprenons que ce dessein implique qu'il se reproduise lui-même ou, si vous voulez, qu'il reproduise la semence selon le genre de Dieu (Malachie 2:15 ; 1 Jean 3:2 ; Apocalypse 21:7).

(2) Dieu s'est particulièrement intéressé à la création de la terre et l'a personnellement conçue et réalisée. "Où étais-tu quand j'ai posé les fondements de la terre ? Dis-moi, si tu as de l'intelligence. Qui en a déterminé les dimensions ? Vous le savez certainement ! Qui en a tracé la ligne ? À quoi ses fondements ont-ils été fixés ? Qui a posé la pierre angulaire..." (Job 38:5-7). Proverbes 8:22-31 affirme sans équivoque que la terre est le résultat de la planification ou de la sagesse de Dieu. "Qui... a mesuré la poussière de la terre ? Qui a pesé les montagnes dans une balance, et les collines dans une balance ? demande Dieu de manière rhétorique (Isaïe 40:12). Le fait que les caractéristiques de la terre (taille, forme, inclinaison, distance par rapport au soleil, composition chimique, etc.) en fassent un habitat idéal pour la vie organique n'est pas un hasard, selon la Bible. Tout cela a été soigneusement planifié, arrangé et mis en place par Dieu.

(3) God is the source and sustainer of life. “God, who made the world and everything in it…gives to all life, breath, and all things” (Acts 17:24-25). Speaking of the living creatures of the earth Job spoke: “…the hand of the LORD has done this, In whose hand is the life of every living thing…” (Job 12:9-10). A number of Scriptures tell us that God is the designer and sustainer of the living things of the earth. “O LORD, how manifold are Your works! In wisdom [denotes planning and purpose] You have made them all. The earth is full of Your possessions–This great and wide sea, In which are innumerable teeming things, Living things both small and great…. These all wait for You, That You may give them their food in due season. What you give them they gather in; You open Your hand, they are filled with good. You hide Your face, they are troubled; You take away their breath, they die and return to their dust. You send forth Your Spirit, they are created; And You renew the face of the earth” (Psalm 104:24-30). The latter verse may be a reference to the destruction of the pre-Adamic world and the renewal — which the Bible indicates occurred about 6000 years ago — described in Genesis one, or that along with a succession of catastrophic events in the history of the earth and subsequent renewals. And yet another scripture that reveals that all life on earth is utterly dependent on God: “Who gave Him charge over the earth? Or who appointed Him over the whole world? If He should set His heart on it, If He should gather to Himself His Spirit and His breath, All flesh would perish together…” (Job 34:13-15).

(4) Dans sa conception, la création physique reflète le dessein éternel de Dieu.

L'une des façons dont il le fait est que Dieu a spécifiquement conçu et créé la vie organique de telle sorte que chaque individu de chaque espèce, ou famille, "est formé selon les caractéristiques particulières inhérentes à la semence ou au germe de vie de sa propre espèce". Ces dernières années, plusieurs scientifiques ont écrit sur le "contenu informatif" de la composition des cellules vivantes, et en particulier sur l'ensemble des instructions ou "code" génétique (génome) qui détermine les caractéristiques particulières de chaque forme de vie individuelle. Le contenu informatif des génomes des souris, des fleurs et des humains "est énorme, fantastique, hors de toute expérience non biologique" (L'évolution depuis l'espace, p. 4). Même dans les génomes des formes de vie les plus "anciennes" trouvées dans les roches les plus "anciennes", "le niveau d'information reste extrêmement élevé" (p. 8). Après une analyse approfondie des modèles et des simulations proposés pour expliquer comment la vie a pu apparaître spontanément à partir de la matière non vivante, les auteurs de l'ouvrage Le mystère de l'origine de la vie concluent : "Les premières conditions terrestres ne semblent offrir aucun moyen intrinsèque de fournir... le travail d'entropie configurationnelle nécessaire à la fabrication des macromolécules de la vie" (p. 184). En substance, ce que les auteurs disent, c'est que le contenu en information des formes organiques vivantes ne peut s'expliquer que par l'intervention d'une intelligence extérieure qui l'a mis en place. Comme le disent Hoyle et Wickramasinghe : "Pour que la vie soit apparue sur Terre, il faudrait que des instructions très explicites aient été fournies pour son assemblage" (L'évolution depuis l'espace, p. 30). Et pour chaque forme de vie différente, un ensemble d'instructions différent et unique est nécessaire.

Les auteurs poursuivent en concluant que l'explication de loin la plus probable est que "la vie a été créée par une intelligence". En effet, ils concluent que cette explication "est si évidente que l'on se demande pourquoi elle n'est pas largement acceptée comme allant de soi. Les raisons sont plus psychologiques que scientifiques" (p. 130). Qui, quelle intelligence a, dès le début, placé dans chaque forme de vie organique son propre patrimoine génétique individuel, lui conférant ses caractéristiques propres ? "Dieu lui donne un corps [sa propre forme] comme il l'entend [ou plus correctement : "comme il l'entend"], et pour chaque graine son propre corps" (I Corinthiens 15:38-39). En d'autres termes, c'est Dieu qui, en tant que Créateur, a placé dans chaque graine ou germe de vie les informations qui déterminent les caractéristiques physiques de ce type particulier de créature, qu'il s'agisse d'hommes, de bêtes, de poissons, d'oiseaux, etc. Il est très intéressant de noter que Paul utilise cette analogie de la graine contenant en elle-même la forme de la créature qui en sortira pour montrer comment nous, en tant que semence de Dieu, porterons l'image de Dieu dans les cieux, dont nous sommes la semence spirituelle : "Comme nous avons porté l'image de l'homme de poussière, nous porterons aussi l'image de l'homme céleste" (I Corinthiens 15:49).

J'ai déjà discuté des preuves que les créatures restent fidèles à leur forme génération après génération, qu'elles existent avant ou après Adam, ce qui permet des variations limitées au sein des groupes familiaux. Je pense que ces preuves scientifiques et bibliques excluent absolument toute considération de la possibilité d'une macroévolution organique avant ou après Adam.

Je suis convaincu qu'une connaissance authentique et une croyance en ce que la Bible enseigne au sujet de la création divine ne nous permettent pas d'être neutres au sujet de l'évolution organique telle qu'elle est conçue par Darwin, Huxley et leurs semblables. Il s'agit d'une philosophie émanant et propageant un esprit sans foi ni loi, hostile à Dieu - comme le révèle clairement un examen même superficiel de leurs écrits. D'un point de vue historique, une telle théorie est une attaque au nom de la science contre le concept même de Dieu en tant que Créateur.

La preuve de l'existence d'une conception intelligente dans la nature devrait être évidente pour toute personne rationnelle. En fait, je considère que c'est l'une des preuves les plus puissantes de l'existence de Dieu, et c'est une preuve qui est considérée comme allant de soi dans la Bible elle-même, comme le démontrent les écritures suivantes : "...ce que l'on peut connaître de Dieu est manifeste en eux [ou parmi eux], car Dieu le leur a montré. Car, depuis la création du monde, ses attributs invisibles apparaissent clairement, étant compris par les choses qui sont faites, à savoir sa puissance éternelle et sa divinité, de sorte qu'ils sont sans excuse..." (Romains 1:19-20). "A qui me comparerez-vous, à qui m'égalerez-vous ? dit le Saint. Levez les yeux en haut, et voyez qui a créé ces choses..." (Isaïe 40:25-26).

Note : Pour des suggestions d'études complémentaires sur ce sujet, cliquez sur le lien suivant : L'intelligence contre le non-sens.

This article is available in pdf format: Dieu en tant que créateur

Copyright © 2023 par Messenger Church of God

cogmessenger.org

Sauf indication contraire, les citations de la Bible sont tirées de la Sainte Bible, version Louis Segond

Cette œuvre est sous licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International License.

Église de Dieu du Messager
Boîte postale 619
Wentzville, MO 63385
USA

Veuillez nous suivre :
This entry was posted in Articles, Christian Faith, God, Man's Purpose and tagged Christianity, death, eternal life, faith, forgiveness, God, hell, Jesus Christ, obedience, path to salvation, salvation, sin, ten commandments by Rod Reynolds. Bookmark the permalink.