Sommes-nous entrés dans notre repos ?

The Bible speaks of a rest for the people of God. What is that rest? Have Christians already entered into the rest? Find out how the Bible answers these questions!

Dieu de la justice

Selon les Écritures, Jésus-Christ vient bientôt pour administrer son gouvernement sur le monde entier. Parmi les qualités de ce gouvernement qui régira toutes les nations, nous assure-t-on, figure la justice. Qu'est-ce qui fait de Dieu, le Dieu de la Bible, "le Dieu de la justice" ?

Remarque : Ce sermon fait référence à II Rois 3:28, qui n'est pas l'Écriture visée. La référence correcte est I Rois 3:28.

Premier-né d'entre les morts

"Premier-né d'entre les morts", c'est ainsi que Jésus-Christ est désigné dans Apocalypse 1:5 et Colossiens 1:18 (dans la New King James et d'autres traductions, certaines traductions en anglais le formulent quelque peu différemment, mais avec essentiellement le même sens). Dans cet article, je veux discuter des implications du titre "Premier-né d'entre les morts", tel qu'il s'applique à Jésus-Christ.

Ce terme doit-il être compris uniquement comme un titre de prééminence, comme certains l'ont suggéré ? Ou implique-t-il également que Jésus-Christ est le premier, dans l'ordre chronologique, à être "né" d'entre les morts, comme une métaphore de la résurrection ? Nous savons que d'autres personnes ont été ressuscitées des morts avant Jésus-Christ. Lui-même avait ressuscité son ami Lazare, qui était mort, et avait également ressuscité d'autres personnes des morts pendant son ministère (Matthieu 9:18-19, 23-25 ; 11:5 ; Luc 7:11-16, 22 ; 8:41-42, 49-56 ; Jean 11:11-45). Alors pourquoi Jésus-Christ est-il appelé le "premier-né d'entre les morts", et quelle est la signification de cette expression ?

Lire la suite

FOT Le royaume de Dieu établi sur terre

Une introduction à la signification prophétique de la fête des Tabernacles qui indique l'établissement du Royaume de Dieu sur terre, par Rod Reynolds. Ce sera un royaume de paix, où la justice habitera. Bien différent du monde d'aujourd'hui.

FOT Le royaume de Dieu établi sur terre," COGMessenger est autorisé sous une licence Licence internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0.

Le dernier espoir de l'humanité

Dans son "Second message annuel" adressé au Congrès le 1er décembre 1862, le président Abraham Lincoln propose un plan d'amendements à la Constitution pour mettre fin à l'esclavage aux États-Unis, assorti de concessions qui, espère-t-il, mettront fin à la guerre civile et réconcilieront les États rebelles avec l'Union. En septembre 1862, Lincoln avait publié la Proclamation d'émancipation, un ordre exécutif qui modifiait le statut juridique des personnes asservies dans les États en rébellion contre les États-Unis à compter du 1er janvier 1863, donnant à toute personne asservie dans ces États le statut d'homme ou de femme libre selon la loi américaine. La Proclamation d'émancipation ne s'appliquait qu'aux esclaves vivant dans les États en rébellion, ou servant dans tout segment de la branche exécutive du gouvernement américain. Cependant, elle a encouragé ou exigé que six États abolissent l'esclavage pendant la guerre, dont trois États confédérés qui étaient largement passés sous le contrôle de l'armée de l'Union, et trois États frontaliers de l'Union. Elle a également libéré les esclaves vivant dans d'autres zones rebelles qui avaient été occupées par l'Union. Le projet d'amendements constitutionnels proposé en 1862 n'a jamais été mis en œuvre.

Ce plan était différent du treizième amendement constitutionnel que Lincoln avait défendu en 1864-65 pour mettre fin de manière permanente et immédiate à l'esclavage aux États-Unis. À la fin de l'année 1864, la défaite des Confédérés face aux forces de l'Union était imminente, ce qui rendait impossible toute concession sur l'abolition de l'esclavage pour des raisons politiques. Le treizième amendement fut adopté par le Congrès en janvier 1865, environ deux mois et demi avant la reddition du général Lee à Appomattox Court House, en Virginie, qui mit effectivement fin à la guerre civile. Le treizième amendement avait été ratifié par un nombre suffisant d'États pour devenir loi le 6 décembre 1865.

Dans son "Second message annuel", au début de la guerre civile, alors que les choses n'allaient pas si bien pour l'armée de l'Union (cf. Cri de guerre de la liberté(James M. McPherson, p. 560-561), Lincoln décrit les États-Unis comme " un pays où l'on ne peut pas se permettre d'être en reste ".le dernier, le meilleur espoir de la terre." William Lee Miller, professeur d'éthique, qui a enseigné dans plusieurs universités, dans son livre "Lincoln's Virtues", déclare ce qui suit concernant l'expression "le dernier, le meilleur espoir de la terre" :

Lire la suite