Qu'arrive-t-il à ceux qui meurent en bas âge ?

Une question qui a souvent été posée parmi les chrétiens professants est : "Qu'arrive-t-il à ceux qui meurent en bas âge ?" Souvent, parmi les chrétiens professants, la question est de savoir s'ils "vont au ciel ou en enfer ?". Qu'enseigne la Bible elle-même sur le salut ou la damnation de ceux qui meurent en bas âge, ou dans l'enfance ? Qu'en est-il de ceux qui sont avortés ou mort-nés ? Lire la suite

Les "perdus" sont-ils prédestinés à l'enfer ?

Le christianisme traditionnel a enseigné que lorsqu'une personne meurt, le jugement qui l'attend est rendu et c'est définitif. Certains sont allés jusqu'à enseigner que Dieu a choisi et "prédestiné" certains au salut dès le début des temps, et que tous les autres sont destinés à "l'enfer". Logiquement, cela signifierait que beaucoup, voire la grande majorité, de l'humanité sont "prédestinés" à être envoyés en enfer pour l'éternité (comme l'enfer est souvent imaginé). Les "perdus" de cet âge sont-ils prédestinés aux tourments éternels en enfer ? Lire la suite

L'amour et la plénitude de Dieu

Peu de gens comprennent que Dieu a créé les humains pour qu'ils deviennent comme lui, pour qu'ils deviennent des descendants, des enfants, créés à sa ressemblance. Ce fait est reflété dans le tout premier chapitre de la Genèse : Puis Dieu dit : "Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance..... Dieu créa donc l'homme à son image ; il le créa à l'image de Dieu ; il le créa homme et femme" (Genèse 1:26-27).

Mais à cette époque, si les êtres humains étaient créés à l'image de Dieu à certains égards, leur nature n'était pas celle de Dieu. Ils n'avaient ni l'esprit ni le caractère de Dieu. L'amour et la plénitude de Dieu n'étaient pas en eux.

Pourtant, être finalement rempli de son amour et de la plénitude de Dieu était le but pour lequel Dieu a créé les êtres humains. Et vous avez la possibilité de commencer à remplir ce but dès maintenant, le but même de votre existence !

Dans cet article est révélé le moyen par lequel vous pouvez faire l'expérience de l'amour et de la plénitude de Dieu. Lire la suite

Cherchez Dieu

De nombreuses personnes ont une vague idée que Dieu existe peut-être, mais n'en sont pas sûres. D'autres sont convaincus que Dieu existe, mais leurs idées sur Dieu sont confuses et mal informées. Tout au long de l'histoire, seuls quelques-uns ont connu le vrai Dieu. La plupart, s'ils ont adoré un dieu quelconque, ont adoré des idoles, de faux dieux, l'œuvre de mains d'hommes et des créations de l'imagination humaine.

Aimeriez-vous non seulement savoir que Dieu existe bel et bien, mais aussi comprendre, comme peu d'autres dans l'histoire, ce qu'il est réellement ? Aimeriez-vous avoir une relation intime avec le vrai Dieu qui a créé l'univers, et dans le pouvoir duquel se trouve le destin des nations ? Lire la suite

Est-ce que "beaucoup" ou "peu" sont appelés en ce temps ?

Peut-être vousve Vous avez entendu dire que "seuls quelques-uns" sont appelés dans ce siècle ? Pourtant, Jésus a enseigné exactement le contraire ! Il a dit : "Beaucoup sont appelés, mais peu sont élus" (Matthieu 20:16 ; 22:14). Comment se fait-il que beaucoup deCe n'est pas un petit nombre, comme certains le pensent, mais un grand nombre, comme Jésus l'a enseigné, qui est appelé dans ce siècle ?

La proclamation de l'Évangile constitue-t-elle un appel pour ceux qui l'entendent, et sont-ils responsables de ce qu'ils ont entendu, qu'ils le comprennent pleinement ou qu'ils y donnent suite ou non ? Le salut est-il désormais ouvert à un petit nombre de personnes spécialement "choisies" à l'avance, mais fermé à tous les autres ? Dieu va-t-il envoyer des châtiments calamiteux sur des milliards de personnes à l'approche de la fin de l'âge à cause d'un refus obstiné de se repentir de leurs péchés, sans leur donner une véritable occasion de se repentir ? La Bible enseigne-t-elle que Dieu fait des préférences en "tournant une vis" dans la tête de quelques-uns (comme certains le prétendent) afin qu'ils comprennent la vérité malgré eux, mais en aveuglant délibérément tous les autres ?

La Bible offre des Écritures claires pour répondre à ces questions et à d'autres questions sur ce sujet. Si vous prenez le temps d'examiner attentivement toutes les Écritures mentionnées dans cet article, vous parviendrez peut-être à une compréhension plus complète de la volonté de Dieu pour toute l'humanité.

Définition de l'anglais

Voici quelques définitions du mot anglais "call" en rapport avec notre objectif :

appelez. (v.t.) Comprend 1. Dire d'une voix forte ; prononcer ou lire à haute voix ; annoncer ; proclamer. 2. Convoquer. 3. Convoquer : convoquer : pour appelez une réunion. 5. Convoquer pour un travail spécifique : pour appelez quelqu'un au ministère.

- de crier 1. Dire d'une voix forte. 2. Ordonner le service ou l'action ; convoquer.

appelez (n.) 1. Un cri ou une clameur ; une expression forte. 2. Une convocation ou une invitation. 3. Un signal, comme celui d'une cloche ou d'un cor. 4. Une demande ; une réclamation : le appelez de devoir.7. Un élan intérieur vers un travail spécifique, souvent considéré comme d'inspiration divine ; la vocation.

(Le grand dictionnaire encyclopédique du Reader's Digest, 1966).

Dieu a-t-il (et a-t-il) appelez Israël en envoyant ses serviteurs pour réprouver leurs actes ?

La parole de Dieu a été proclamée par Jérémie (Jérémie 7:2). Le peuple de Juda a été exhorté à se repentir, ce qui a entraîné des bénédictions (Jérémie 7, 3-7). Dieu les a appelés, l'appel étant lancé par les prophètes (Jérémie 7:13, 25-27). En rejetant l'appel, la réprimande, envoyés par les prophètes, ils ont refusé d'obéir à la voix de Dieu (Jérémie 7:25-28). Dieu les rejette parce qu'ils refusent d'entendre sa parole par les prophètes et de lui obéir, mais continuent à faire le mal (Jérémie 7:25-30). Comparez Jérémie 35, 13-15. Bien que cette prophétie ait été initialement adressée au peuple de la nation de Juda, son inclusion dans les Écritures signifie qu'elle est un message pour nous tous (cf. Romains 15:4 ; I Corinthiens 9:10 ; 10:11 ; II Timothée 3:16).

Y avait-il une possibilité qu'Israël se repente en entendant la parole de Dieu à travers les prophètes ?

Auraient-ils pu se repentir ? Pourquoi Dieu aurait-il à plusieurs reprises exhorté Israël à se repentir si c'était impossible pour eux ? Ninive s'est repentie, pour un temps, à la parole de Dieu envoyée par le prophète Jonas (Jonas 3:1-10). Jésus a reproché aux villes qui avaient été les plus témoins de ses œuvres puissantes de ne pas vouloir se repentir, en disant que si "on avait fait la même chose à Tyr et à Sidon, il y a longtemps qu'elles se seraient repenties, assises dans le sac et la cendre" (Matthieu 11:20-21 ; Luc 10:13). Et il dit aux disciples qu'il avait envoyés prêcher l'Évangile : "Celui qui vous écoute m'écoute, celui qui vous rejette me rejette, et celui qui me rejette rejette celui qui m'a envoyé" (Luc 10:16).

Jérémie a reçu l'ordre de lire publiquement les paroles de Dieu tirées d'un livre aux oreilles du peuple, afin que "la maison de Juda puisse entendre... que chacun se détourne de sa mauvaise voie, et que je pardonne son iniquité et son péché" (Jérémie 36:1-7). Au début, certains des dirigeants ont eu peur (Jérémie 36:16). Mais lorsque les mots ont été lus au roi, il a jeté le livre au feu (Jérémie 36:23). Comparez Ézéchiel 12:2-3.

Dieu a-t-il donné à Israël le pouvoir de choisir ?

Dieu a placé devant Israël la vie et le bien, la mort et le mal. Il a dit : "...choisis la vie, afin que toi et ta postérité viviez" (Deutéronome 30:15-19). Israël a-t-il refusé de répondre à l'appel de Dieu, d'entendre sa parole et de choisir ce qui ne plaît pas à Dieu ? (Esaïe 65:12). Etait-ce en contraste avec ceux qui tremblent devant sa parole ? (Esaïe 66:2-5).

Comment Israël a-t-il réagi à leur appel ?

Ils ont été appelés mais n'ont pas répondu (Esaïe 50:2 ; 65:12 ; 66:4 ; Jérémie 7:13 ; et al). Dans ces mêmes versets, il nous est dit qu'ils n'ont pas écouté. Ils ont raidi leur cou et ont refusé d'entendre, de croire ou d'obéir aux paroles que Dieu a proclamées par ses prophètes (2 Rois 17:14-15 ; Néhémie 9:26, 29-30 ; Jérémie 7:25-26 ; 19:14-15 ; Zacharie 7:4-13).

Par quels moyens les serviteurs de Dieu sont-ils habilités à prononcer sa parole ?

L'Esprit de Dieu (Néhémie 9:30 ; Zacharie 7:12 ; cf. Néhémie 9:20 ; Psaume 143:10 ; 2 Pierre 1:21). L'expression du véritable message de la parole de Dieu est une manifestation de l'Esprit de Dieu. Il est à l'œuvre dans la proclamation du message, et les mots eux-mêmes sont, en un sens, de l'esprit (Jean 6:63). La parole de Dieu est "l'épée de l'Esprit", elle est "vivante et puissante, plus tranchante qu'une épée à deux tranchants, elle perce jusqu'à la division de l'âme et de l'esprit, des articulations et des moelles, et elle discerne les pensées et les intentions du cœur" (Hébreux 4:12). Bien qu'elle ait le pouvoir de convaincre (Actes 2:37 ; 1 Corinthiens 14:24-25 ; Tite 1:9), on peut lui résister si on s'endurcit (Hébreux 3:7-8, 12-13, 15-19 ; 4:2-3, 7). En raidissant leur cou et en rejetant la parole fidèlement prononcée par les serviteurs de Dieu, les gens résistaient au Saint-Esprit (Actes 7:51-53).

Dieu a-t-il tenu Israël pour responsable du rejet de sa vocation en le punissant ?

Parce qu'ils ont refusé d'entendre les paroles que Dieu a envoyées par les prophètes, sa colère s'est abattue sur eux, et ils ont été dispersés parmi les nations (Zacharie 7:12-14 ; cf. 2 Rois 17:13-20 ; Proverbes 1:24-32 ; Isaïe 65:12 ; 66:4 ; Jérémie 7:13-15 ; 23-34).

Jésus a-t-il appelé les pécheurs à se repentir ?

Jésus a dit : "Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs, à la repentance" (Luc 5:32). Bien sûr, tous ceux qui l'ont entendu étaient des pécheurs, qu'ils l'admettent ou non (Romains 3:23 ; 5:12). Comment Jésus a-t-il appelé les pécheurs à se repentir ? "Jésus est venu en Galilée, prêcher l'évangile du royaume de Dieu" (Marc 1,14). "Prêcher" vient de kerusso qui comprend la signification de héraut, proclamer, publier (Dictionnaire biblique de Strong, voir la définition de l'appel, ci-dessus). "...en disant : 'Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous et croyez à l'Évangile'". (Marc 1:15). "Dire" vient de legoqui peut inclure la signification de bid ou call (Strong's). Les mots "se repentir" et "croire" sont tous deux à l'impératif, l'humeur du commandement. L'ordre donné à tous ceux qui ont entendu Jésus était de se repentir et de croire à l'Évangile. Celui qui parle à l'impératif, " ...attend de ses interlocuteurs qu'ils fassent exactement ce qu'il a ordonné " (Mounce, Les bases du grec biblique, p. 302). L'utilisation de la tige au présent implique une repentance et une croyance continues (cf. ibid., p. 303). Une croyance durable en son message et la repentance sont les premiers pas vers une relation avec Dieu (Marc 16:15-16 ; Luc 8:12 ; Jean 1:12 ; 3:15-18, 36 ; 5:24, 38 ; 6:40, 47, 69 ; 7:39, 48 ; 17:8 ; Actes 2:38 ; Romains 10:8-17 ; et al.).

Paul a dit que le commandement de se repentir s'étend à tous les hommes, partout, maintenant (Actes 17:30). Le message de l'évangile est un appelainsi qu'un avertissement et un témoin.

Jésus a-t-il envoyé des serviteurs pour appeler les autres ?

Jésus a envoyé des messagers pour prêcher (ou proclamer) le même message qu'il a proclamé, à savoir la repentance et la foi en l'Évangile, et pour enseigner ses commandements (Matthieu 28:19-20 ; Marc 3:14 ; 16:15-16 ; Luc 10:1-10 ; 24:47).

Les appelés seront-ils nombreux dans ce siècle ou peu nombreux ?

Les disciples de Jésus ont reçu l'ordre d'aller dans le monde entier et de prêcher (ou de proclamer, selon plusieurs traductions) l'Évangile à toute la création, c'est-à-dire à tout le monde (Marc 16:15). De temps en temps, cela a été accompli (Actes 1:8 ; Romains 10:18 ; Colossiens 1:5-6, 23), mais pas à chaque époque.

Dans la parabole des "noces", le roi envoie ses serviteurs "appeler les appelés" aux noces, c'est-à-dire au royaume de Dieu (Matthieu 22:1-3) ; Images de mots dans le Nouveau Testament, Robertson ; kaleoDans les deux cas, il s'agit d'un appel.) L'implication est que des appels répétés sont faits, comme le confirment les versets suivants. Dieu a donné à Israël des occasions répétées de se repentir, comme il a continué à le faire avec l'humanité (2 Chroniques 36:15-16 ; Jérémie 11:6-8 ; 25:2-8 ; 29:19 ; 32:32-33 ; 35:14-15).

Le point essentiel de la parabole est que "beaucoup sont appelés, mais peu sont élus" (Matthieu 22:14 ; "sont" [grec : eisi] est au présent, reflétant la réalité de l'âge actuel). La raison évidente pour laquelle si peu sont choisis est que la plupart rejettent maintenant l'appel donné par les messagers que Dieu envoie (Matthieu 22:3-6). Mais le fait qu'ils rejettent l'appel ne signifie pas qu'ils n'ont pas été appelés.

Pour être choisi, il faut être appelé. Mais il doit aussi recevoir volontairement la vérité, la croire et être sanctifié par la foi et par la réception du Saint-Esprit, qui suit une repentance authentique et durable (2 Thessaloniciens 2:13 ; cf. Marc 16:15-16 ; Jean 1:11-12 ; 17:17, 19-20 ; Actes 2:14, 38 ; 8:14-15 ; 11:1, 17-18 ; 17:11-12 ; 26:18 ; Romains 10:8-17 ; 1 Corinthiens 15:1-2 ; 1 Thessaloniciens 2:13 ; Hébreux 4:2).

Par le message de l'Évangile, Dieu plante ses paroles dans l'esprit des hommes, comme les Israélites l'ont été par les enseignements de Moïse (Deutéronome 30:14 ; Matthieu 13:19). Mais ceux qui, ayant reçu la semence, la rejettent ou n'y donnent pas suite, sont encore plus trompés qu'auparavant (Matthieu 13:12 ; Luc 8:18 ; 2 Thessaloniciens 2:10-12).

Pourquoi l'humanité est-elle aveugle ?

Dieu a permis au monde d'être trompé. Mais qui a menti à Adam et Eve ? Qui a choisi de ne pas croire Dieu et de croire Satan à la place ? L'humanité a été aveuglée par les tromperies de Satan, car Adam et Ève ont choisi de rejeter la vérité et l'humanité a suivi ce modèle depuis lors (2 Corinthiens 4:3-4).

En conséquence, presque tous les humains ont été enfermés ensemble dans l'incrédulité (Romains 11:32). Le mot grec traduit par "commis" (ou KJV "conclu") est sugkleioce qui signifie fermer ensemble (comme un filet, Robertson's Images de mots dans le Nouveau Testament). Celui de Darby lit : "Dieu a enfermé tous ensemble dans l'incrédulité....". Robertson fait remarquer : "Il s'agit d'un aoriste résultant (effectif) à cause de l'incrédulité et de la désobéissance des Gentils et des Juifs." En d'autres termes, le monde est enfermé ou piégé dans un filet d'incrédulité, parce que de leur incrédulité (cf. Esaïe 29, 9-14). Le mot "incrédulité" est ici apeitheiace qui signifie à la fois incrédulité et désobéissance. Lexique amélioré de Strong le définit en partie comme "obstination, opposition obstinée à la volonté divine". Ça vient d'un mot apparenté, apeithesce qui veut dire qu'on ne peut pas s'y opposer.

Notez que tous, hyperbole, pratiquement ou presque tous, sont enfermés dans un filet d'incrédulité, afin qu'il puisse finalement avoir pitié de tous. En fin de compte, Dieu "désire que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité" (1 Timothée 2:4 ; cf. 2 Pierre 3:9). Permettre au monde de trébucher aveuglément dans l'incrédulité et l'ignorance pour le moment est une miséricorde de la part de Dieu. Le résultat final sera la miséricorde pour tous.

Pour l'instant, cependant, Dieu fait miséricorde à qui il veut (Romains 9:15, citant Exode 33:19). Est-ce complètement arbitraire ? Comment Dieu décide-t-il de faire miséricorde à qui il veut ? Cela commence par le dessein de Dieu. Dieu a choisi Jacob plutôt qu'Esaü dès le ventre de sa mère, parce que cela correspondait à son dessein, qui est finalement de faire miséricorde à tous [Romains 9:10-13 ; "haï" est mieux rendu par "aimé moins" (voir Robertson's Images de mots), il a préféré Jacob à Ésaü, cf. Hébreux 11:20]. La sagesse du choix de Dieu a été confirmée par le comportement et les choix des deux hommes au cours de leur vie (cf. Hébreux 11:21 ; 12:16). Certains ont reçu dans cette vie une plus grande opportunité de connaissance de Dieu que d'autres. Mais cette opportunité s'accompagne d'une plus grande responsabilité.

Refuser d'entendre et d'être instruit, refuser de prendre au sérieux la parole de Dieu, choisir de pécher, nous endurcit et finit par nous tromper, si nous le permettons (Hébreux 3:13). Notez comment le rejet de Dieu conduit à être trompé et à pécher de plus en plus (Romains 1:18-28 ; Esaïe 5:21 ; 6:9-10).

Dieu a pitié de ceux qui écoutent et obéissent à sa parole (Exode 20:5-6 ; Deutéronome 7:9-13 ; Esaïe 66:2 ; Ezéchiel 33:10-16). Ceux qui s'endurcissent seront endurcis. Pharaon a endurci son propre cœur (1 Samuel 6:6), et Dieu a encore endurci le cœur de Pharaon en l'appelant, en partie, à faire ce qui est juste et en lui montrant de la miséricorde. Pharaon a refusé de s'humilier devant Dieu (Exode 8:15 ; 9:34 ; 10:3). Dieu ne lui a pas retiré sa liberté de choix, mais les circonstances provoquées par l'intervention de Dieu ont encore endurci le cœur déjà dur de Pharaon.

Dieu ne tente personne de pécher (Jacques 1:13-18). Cependant, si nous persistons à refuser la parole de Dieu et à choisir l'injustice, Dieu permettra que nous soyons aveuglés par des agents de tromperie (2 Thessaloniciens 2:9-12). Lorsque l'on refuse d'accepter la vérité, quelle autre option reste-t-il que d'être aveugle ?

Dieu a placé le prophète Ézéchiel comme "sentinelle" pour avertir Israël du jugement qui allait s'abattre sur lui en raison de sa rébellion contre les lois de Dieu. Dieu s'adressa à Ézéchiel et lui dit : "Fils d'homme, tu habites au milieu d'une maison rebelle, qui a des yeux pour voir mais ne voit pas, et des oreilles pour entendre mais n'entend pas ; car c'est une maison rebelle. C'est pourquoi, fils d'homme, prépare tes affaires pour la captivité, et va en captivité de jour sous leurs yeux. Tu iras de ton lieu de captivité à un autre lieu sous leurs yeux. Il se peut qu'ils considèrent, bien qu'étant une maison rebelle." (Ézéchiel 12:2-3). La World English Bible rend le verset 3 comme suit : " C'est pourquoi, toi, fils d'homme, prépare tes affaires pour te déplacer, et tu te déplaceras de jour sous leurs yeux ; et tu te déplaceras de ton lieu à un autre lieu sous leurs yeux : il se peut qu'ils considèrent, bien qu'ils soient une maison rebelle." Notez la raison pour laquelle ils n'ont ni vu ni entendu. C'est parce que "c'est une maison rebelle". C'est leur refus obstiné d'écouter Dieu et la parole envoyée par ses prophètes qui les rend aveugles à ce qu'il essaie de leur faire comprendre. Dieu avait dit à Ezéchiel : "... la maison d'Israël ne t'écoutera pas, car elle ne m'écoutera pas ; car toute la maison d'Israël est obstinée et a le cœur dur" (Ezéchiel 3:7, Bible anglaise mondiale). Néanmoins, Dieu, par l'intermédiaire du prophète, donnait (et donne) à son peuple une chance de se repentir à sa parole. "Que celui qui entende, entende ; et que celui qui refuse, refuse ; car c'est une maison rebelle" (Ézéchiel 3:27).

Bien que certains aient plus de chances d'entendre l'Évangile, le salut est ouvert à tous ceux qui l'entendent et répondent par une foi authentique (Romains 10:13-21). Paul a été envoyé par Jésus-Christ aux Juifs et aux Gentils, "...pour leur ouvrir les yeux, afin qu'ils passent des ténèbres à la lumière, et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu'ils reçoivent le pardon des péchés et un héritage parmi ceux qui sont sanctifiés par la foi en moi [Jésus-Christ]" (Actes 26:18). Il a fait cela en déclarant le message de la repentance et de la foi (Actes 26:20 ; Actes 17:2-4 ; 19:8-10).

"En vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et croit en celui qui m'a envoyé a la vie éternelle, et ne viendra pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie", a dit Jésus (Jean 5:24). "Je dis ces choses afin que vous soyez sauvés", a-t-il ajouté (Jean 5:34).

A qui la compréhension est-elle donnée ?

Pourquoi Jésus a-t-il dit à ses disciples : "... il vous a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux, mais à eux il ne leur a pas été donné" (Matthieu 13:11). Jésus répond : "Car le cœur de ce peuple s'est émoussé. Ils ont l'oreille dure, ils ont fermé leurs yeux, de peur qu'ils ne voient de leurs yeux et n'entendent de leurs oreilles, de peur qu'ils ne comprennent de leur cœur et ne se convertissent, afin que je les guérisse" (Matthieu 13:15).

Certains ont conclu que ce verset, en particulier la phrase "De peur qu'ils ne comprennent avec leur cœur et ne se convertissent, afin que je les guérisse", implique que Dieu ne veut pas que le peuple comprenne et se repente, malgré de nombreux passages de l'Écriture qui prouvent le contraire. Ce verset est traduit plus clairement dans d'autres versions. Par exemple, la New International Version le rend comme suit : "Car le cœur de ce peuple s'est endurci, il entend à peine de ses oreilles, et il a fermé ses yeux. Sinon, ils verraient avec leurs yeux, ils entendraient avec leurs oreilles, ils comprendraient avec leur cœur et ils se tourneraient, et je les guérirais." Ou encore, considérez la Bible dans la traduction anglaise mondiale : "Le cœur de ces gens n'a aucun sentiment. Ils n'entendent pas bien de leurs oreilles. Et ils ont fermé leurs yeux. Ils ne veulent pas voir avec leurs yeux. Ils ne veulent pas entendre avec leurs oreilles. Ils ne veulent pas comprendre dans leur cœur. Ils ne veulent pas se tourner vers moi. S'ils se tournaient vers moi, je les guérirais."

Adam Clarke, dans son commentaire sur ce verset, remarque qu'ils ont "résisté obstinément à la vérité de Dieu, et ont fermé les yeux à la lumière". Il poursuit en disant : " La faute ici est totalement dans le peuple, et pas du tout dans ce Dieu dont... la nature est amour. " (Voir notre article "Dieu veut-il que les gens soient trompés ?").

Notez les raisons données pour le manque de compréhension, et notez que, sans ces raisons, ils aurait pu ont vu, entendu et compris, se sont repentis et ont été "guéris". (1) Leurs cœurs étaient "ternes", ou grossiers, gras, calleux, insensibles. (2) Leurs oreilles étaient dures à entendre. (3) Leurs yeux ils avait fermé. Les foules sont sorties pour écouter Jésus, mais plus pour se divertir que dans un but sérieux (cf. Ézéchiel 33, 30-33). Jésus ne s'est pas engagé envers les foules, c'est-à-dire qu'il ne les a pas instruites des mystères profonds du royaume, parce qu'elles ne s'étaient pas engagées envers lui, et qu'il savait ce qu'il y avait dans leur cœur (Jean 2:23-25). "Croyant" (pisteuo) au verset 23 est au temps aoriste, l'aspect étant indéfini, mais impliquant souvent une action à un moment donné. Pour la plupart d'entre eux, leur croyance, telle qu'elle était, était superficielle et éphémère.

Les miracles que Jésus faisait attiraient de grandes foules (Jean 6:1-2). Lorsqu'il a miraculeusement nourri une foule à Tibère, après les avoir enseignés et avoir accompli d'autres miracles dont ils ont été témoins, ils l'ont recherché après son départ. Jésus leur dit : " ... vous me cherchez, non pas parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés " (Jean 6.26). Ayant vu les miracles que Jésus accomplissait, ayant été miraculeusement nourris par lui, ils dirent : "Quel signe vas-tu donc faire, pour que nous le voyions et que nous te croyions ? Quelle œuvre feras-Tu ?" (Jean 6:30). Ils ont entendu mais n'ont pas entendu, ils ont vu mais n'ont pas vu. Jésus leur dit : "...vous m'avez vu et vous ne croyez pas" (Jean 6:36). "Croire" est ici au présent de l'indicatif, ce qui implique une foi permanente, continue.

Certains des disciples de Jésus l'ont quitté à ce moment-là (Jean 6:66). Mais d'autres, en particulier les douze, sont restés. Pierre dit : "... nous avons fini par croire et par savoir que tu es le Christ" (Jean 6:69).

En raison de leur foi et de leur engagement, il a été donné aux disciples les plus proches de connaître les mystères du royaume. La compréhension et la connaissance sont données à ceux qui reçoivent et conservent précieusement la parole de Dieu, entendent et appliquent leur cœur à la compréhension, la réclament avec foi et la recherchent (Proverbes 2:1-7 ; Jacques 1:5-6). La vérité est pour ceux qui sont prêts à la recevoir et à vivre par elle (Jean 8:30-32).

Lorsque quelqu'un a l'occasion d'entendre la parole de Dieu, il a la possibilité d'écouter, de considérer ce qui est dit et d'agir en conséquence. Jésus a dit : " Faites attention à ce que vous entendez. La mesure dont tu te serviras sera celle que tu recevras, et il t'en sera ajouté d'autres. " (Marc 4:24, Bible NET). " Tourne-toi à ma réprimande [c'est-à-dire, repens-toi] ; certainement, je répandrai mon esprit sur toi ; je te ferai connaître mes paroles " (Proverbes 1:23 ; cf. Psaume 111:10 ; Daniel 9:13 ; 2 Corinthiens 3:16).

L'accès aux mystères de Dieu est plus que jamais ouvert à ceux qui sont disposés à recevoir la vérité et à agir en fonction de celle-ci dans la foi (Éphésiens 3:8-12). "Ce que je vous dis dans l'obscurité, dites-le en pleine lumière ; et ce que vous entendez à l'oreille, prêchez-le sur les toits" (Matthieu 10:27). Paul a écrit que le mystère de l'Évangile est maintenant révélé à toutes les nations par le commandement de Dieu, "pour l'obéissance de la foi" (Romains 16:25-26 ; cf. Colossiens 1:23 ; 2 Timothée 4:17). Ceux qui ne croient pas à l'Évangile restent aveugles pour le moment, comme Dieu le permet (2 Corinthiens 4:3-4).

Est-il vraiment logique que Dieu exige la repentance, mais qu'il la rende impossible à tous, sauf à un petit nombre, en refusant d'"appeler" les autres, si c'est tout ce qu'il faut ? Paul a écrit au sujet des païens : "Ils sont obscurcis dans leur intelligence, ils sont étrangers à la vie de Dieu à cause de l'ignorance qui est en eux par la dureté de leur cœur. Parce qu'ils sont insensibles, ils se sont livrés à l'indécence pour la pratique de toute espèce d'impureté avec avidité" (Ephésiens 4:18-19, Bible NET). Cette description s'applique également à Israël.

Dieu appelle maintenant les hommes à la repentance par la prédication et la publication de l'Évangile. Mais la plupart sont tellement endurcis et ancrés dans leurs fausses croyances et leurs pratiques illégales qu'ils ne sont pas susceptibles de répondre à une approche aussi douce. C'est pourquoi il y aura finalement une tribulation et des fléaux déversés (Deutéronome 30:2-7 ; Apocalypse 9:20-21). Néanmoins, grâce au message de l'Évangile, certains dans cet âge peuvent être sauvés (Romains 11:13-14 ; 1 Corinthiens 9:22-23).

Qui Dieu "attire-t-il" ?

"Personne ne peut venir à moi si le Père qui m'a envoyé ne l'attire", a dit Jésus (Jean 6:44). Il a poursuivi en disant : "Et tous seront enseignés par Dieu" (verset 45). Jésus a ajouté : "Et moi, si j'ai été élevé de la terre, j'attirerai à moi tous les peuples" (Jean 12:32).

Rien dans ces versets n'implique que Dieu et le Christ cherchent à n'attirer que quelques-uns. En fait, ils suggèrent que Dieu cherche à attirer tout le monde à Christ. Dieu "désire que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité" (1 Timothée 2:4). Mais la plupart de ceux qui ont entendu Christ n'ont pas cru, et n'ont donc pas eu la parole de Dieu demeurant en eux (Jean 5:38).

Comment Dieu "attire" les hommes à lui (ou au Christ) ? Le mot traduit par "attire" (Jean 6:44, (h)elko ), peut avoir plusieurs significations selon la façon dont il est utilisé, comme tirer, traîner, tirer ou attirer (cf. Vine's Dictionnaire Expositoire). On peut être "attiré" par Dieu vers le Christ, ou "attiré" par ses désirs vers le péché (Jacques 1:14 [même mot, (h)elkoavec la préposition grecque ekDeuteronomy 30:17 ; Actes 20:30 ; Hébreux 7:19).

Tous seront enseignés par Dieu, tôt ou tard, d'une manière ou d'une autre. Cela ne signifie pas que tous accepteront l'enseignement et s'y conformeront. Pour venir au Christ, il faut être prêt à entendre et à être enseigné par Dieu. Ceux qui croient peuvent avoir la vie éternelle (Jean 6:47).

Dieu dit d'Israël : "Je les ai tirés avec des cordes douces, Avec des liens d'amour, Et j'ai été pour eux comme ceux qui enlèvent le joug de leur cou. Je me suis abaissé pour les nourrir. Il ne retournera pas au pays d'Égypte, Mais l'Assyrien sera son roi, Parce qu'ils ont refusé de se repentir" (Osée 11:4-5 ; cf. Jérémie 31:3). Paul demande : "... méprisez-vous les richesses de sa bonté, de sa longanimité et de sa patience, ne sachant pas que la bonté de Dieu vous conduit à la repentance ?". (Romains 2:4).

L'une des façons dont Dieu cherche à attirer les hommes à lui est par des actes de bonté et de miséricorde, par les nombreux dons et bénédictions qu'il accorde. L'envoi de ses messagers pour appeler les hommes à la repentance est certainement l'un des outils que Dieu utilise pour attirer les hommes à lui. "Maintenant donc, nous sommes les ambassadeurs du Christ, comme si Dieu plaidait par nous : nous vous en supplions au nom du Christ, soyez réconciliés avec Dieu" (2 Corinthiens 5:20).

Mais la plupart d'entre eux ne sont pas disposés à se laisser attirer par Dieu en ce moment. À ceux-là, Paul a écrit : "Mais, par votre dureté et votre cœur impénitent, vous vous réservez de la colère au jour de la fureur et de la révélation du juste jugement de Dieu" (Romains 2:5). A ceux qui ont refusé de l'accepter, Jésus a dit : "Mais vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie" (Jean 5,40 ; cf. Matthieu 22,3). Ceux qui ont refusé le message de Dieu "ont rejeté pour eux-mêmes la volonté de Dieu" (Luc 7:30). Jésus dit : "Jérusalem, Jérusalem, celle qui tue les prophètes et lapide ceux qui lui sont envoyés ! Combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, mais tu n'as pas voulu ! " (Matthieu 23, 37).

"Approchez-vous de Dieu et il s'approchera de vous" (Jacques 4,8). Pour qu'une personne soit "attirée" par Dieu vers le Christ, pour qu'elle soit amenée à la foi et à la repentance, il faut qu'elle réponde de manière appropriée aux attraits que Dieu a placés devant elle, à la miséricorde et à la bonté dont il a fait preuve. Or, à notre époque, Dieu utilise des méthodes douces, pour la plupart, pour "attirer" les hommes au Christ.

Plus tard, il enverra des tribulations et d'autres malédictions, pour amener plus fortement les hommes à se repentir (Lévitique 26:40-42 ; Deutéronome 30:1-3 ; Ézéchiel 20:33-38 ; 41-43 ; Osée 5:15 - 6:1 ; Zacharie 14:16-19). Il débarrassera le monde de Satan et de ses œuvres (Jean 12:31 ; 1 Jean 3:8 ; Apocalypse 20:1-3), et établira un nouveau système où sa loi sera universellement enseignée (Esaïe 2:2-4). Tôt ou tard, d'une manière ou d'une autre, tous seront instruits de Dieu, mais tous n'accepteront pas ses conditions de salut.

Qui Dieu donnerait-il au Christ ?

Ceux qui n'ont pas voulu ? (Jean 5:40). Ceux qui n'ont pas cru ? (Jean 12:37). Ceux qui n'ont pas voulu obéir ? (Jean 7:19).

Ou donnerait-il au Christ ceux qui le recevraient ? (Jean 1:12). Ceux qui sont prêts à renoncer à eux-mêmes ? (Marc 8:34). Ceux qui sont prêts à obéir ? (Luc 6:47-48). Ceux qui sont prêts à entendre et à apprendre ? (Matthieu 11:28-30 ; Jean 6:45). Ceux qui croient ? (Jean 3:16 ; 17:6-8). Ceux qui se repentent ? (Esaïe 66:2). Ceux qui demeurent dans sa parole ? (Jean 8:31 ; Jacques 1:21-22). Ceux qui veulent adorer en esprit et en vérité ? (Jean 4:23). Ceux qui le cherchent ? (Luc 11:9-13 ; Hébreux 11:6).

Qui sont les "appelés" ?

Paul, dans quelques Écritures (par exemple, Romains 8:28 ; 1 Corinthiens 1:24), utilise le terme "les appelés" (avec l'article défini). Dans ces cas, l'article défini semble limiter la référence à un sous-ensemble spécifique. Ainsi, par exemple, "les hommes" pourrait être utilisé pour désigner un groupe spécifique d'hommes comme un sous-ensemble des "hommes". C'est un usage courant de l'article en grec et en anglais. "Les appelés" ne sont pas tous ceux qui ont été appelés, mais Paul utilise ce terme pour désigner ceux qui ont répondu à leur appel, et qui sont membres de l'Église. Le Nouveau Testament des Peuples Le commentaire sur Romains 8:28 l'explique comme suit : " À ceux qui sont appelés ". Ceux-là ont été appelés par l'Évangile et ont accepté l'appel. Beaucoup d'autres sont appelés juifs et païens, mais seuls ceux qui entendent et obéissent sont choisis (Mt 20,16 ; 22,14). Paul utilise le terme de cette dernière classe ; ceux qui entendent et obéissent".

Qu'est-ce qu'Ekklesia ?

Chez les Grecs, le mot ekklesia était utilisé pour désigner une assemblée convoquée des citoyens d'une communauté. Dans les Écritures, le mot est utilisé pour désigner l'Église (ou l'assemblée d'une Église locale), comme ceux qui sont appelés à se réunir devant Dieu. Pour faire partie de l'assemblée, dans les deux cas, il fallait répondre à la convocation.

William Barclay développe comme suit : "...à l'origine, ce mot ne signifie pas, comme on le dit si souvent, un groupe de personnes qui ont été "choisies" dans le monde. Il n'a pas ce sens exclusif. Il désigne un groupe de personnes qui ont été "convoquées" hors de leur foyer pour venir rencontrer Dieu ; et tant dans son usage original grec qu'hébreu, ce sens n'était pas exclusif mais inclusif. La convocation n'était pas adressée à un petit nombre de personnes sélectionnées ; c'était une convocation de l'État à chaque homme pour qu'il vienne et assume ses responsabilités ; c'était une convocation de Dieu à chaque homme pour qu'il vienne écouter et agir en fonction de la parole de Dieu" (Les mots du Nouveau Testament, p. 70).

Who May Come ?

Si Dieu doit attirer les hommes avant qu'ils puissent venir à lui, il invite quiconque le désire à venir à lui selon ses conditions. "... que celui qui a soif vienne. Que celui qui veut prenne de l'eau de la vie, gratuitement" (Apocalypse 22:17, cf. 2 Chroniques 15:2 ; Esaïe 55:1-3 ; Matthieu 5:6 ; 11:28-30 ; Luc 11:9-13 ; Jean 4:10).

Paul a-t-il écrit que "peu" sont appelés ?

Si beaucoup sont appelés, que devons-nous faire de la déclaration suivante dans la lettre de Paul aux Corinthiens : "Car vous voyez votre vocation, frères, qu'il n'y a pas beaucoup de sages selon la chair, pas beaucoup de puissants, pas beaucoup de nobles, qui soient appelés" (I Corinthiens 1:26). En fait, les mots "sont appelés" à la fin de ce verset ne se trouvent pas dans le grec original. Ces mots sont ajoutés dans la New King James Version, dans la King James et dans certaines autres traductions. Un certain nombre d'autres traductions plus fidèles à l'original n'ajoutent pas les mots "sont appelés" à la fin du verset.

La traduction Darby, par exemple, se lit comme suit : "Car considérez votre vocation, frères, qu'il n'y a pas beaucoup de sages selon la chair, pas beaucoup de puissants, pas beaucoup de haut-nés. Mais Dieu a choisi les choses folles du monde,..." (I Corinthiens 1:26-27, Bible Darby). D'autres versions, comme la Young's Literal Translation, utilisent une formulation similaire.

Il est vrai que, bien que beaucoup aient été appelés, très peu de ceux qui sont estimés dans le monde comme étant extraordinairement sages, ou puissants, ou de naissance privilégiée, ont été parmi les élus de Dieu dans ce monde. Tout comme Jésus l'a dit, beaucoup sont appelés, mais peu sont choisis, dans ce monde, et très peu parmi ceux qui sont réputés pour leur sagesse, leur richesse, leur pouvoir, etc.

Un souverain très riche s'est vu offrir la possibilité de se joindre à Jésus dans son ministère, mais il a décliné l'offre en raison du sacrifice que cela aurait exigé. Jésus a dit : "Comme il est difficile à ceux qui ont des richesses d'entrer dans le royaume de Dieu !" (Luc 18:24). Pierre a répondu : "Voici, nous avons tout quitté et nous t'avons suivi" (Luc 18:28). Ce n'est pas qu'une personne riche ne peut pas être un vrai disciple de Jésus-Christ, car nous avons l'exemple de Joseph d'Arimathie, qui était un homme riche, et un disciple du Christ (Matthieu 27:57), et d'autres pourraient être mentionnés aussi. Mais de tels exemples sont l'exception dans le monde d'aujourd'hui.

L'"appel" mentionné dans I Corinthiens 1:26 vient du mot grec κλῆσις (klesis), qui est un "nom verbal" (cf. Dictionnaire théologique du Nouveau Testament). La "vocation", au sens où ce mot est utilisé dans le Nouveau Testament, est l'objet ou la condition à laquelle Dieu nous appelle, en rapport avec une relation de salut avec lui, une espérance, une destinée, un mode de vie, etc. (cf. Éphésiens 1, 4, 18 ; 4, 4 ; Philippiens 3, 14 ; II Timothée 1, 9).

Ceux qui répondent de manière positive au message de l'Évangile, qui ont la foi en Dieu, qui se repentent et qui reçoivent le Saint-Esprit entrent dans cette "vocation" et font partie des "élus" de Dieu, destinés à la vie éternelle dans son royaume s'ils restent fidèles (Hébreux 3:1 ; II Pierre 1:10).

______________________________________

Note sur Actes 13:45-48 : "Et tous ceux qui avaient été désignés pour la vie éternelle crurent" (verset 48, NKJV), est une traduction trompeuse. Certaines autres traductions sont encore plus trompeuses dans la manière dont elles traduisent cette phrase. Comme le montre le contexte, beaucoup de Juifs d'Antioche de Pisidie s'étaient opposés et avaient rejeté la parole de Dieu apportée par Paul, et s'étaient donc jugés "indignes de la vie éternelle" (verset 46). Notez que c'était une conséquence du rejet du message, et non quelque chose qui avait été préétabli.

En revanche, un certain nombre de païens de la région ont été réceptifs au message et ont cru. Le grec du passage contesté se lit plus littéralement : "Et les païens, ayant entendu, se réjouirent, glorifièrent la parole du Seigneur et crurent ; autant [c'est-à-dire le même nombre, ou ainsi, on pourrait traduire] furent désignés [ou disposés] à la vie éternelle." En grec, "étaient" (ēn) avant "appointed" est imparfait, et devrait être traduit par "were", et non "had been". La traduction de la phrase par A Conservative Version (ACV) est la suivante : "...tous ceux qui ont été désignés pour la vie éternelle ont cru." La même traduction est donnée dans The Revised King James New Testament (RKJNT).

Les versions suivantes sont les mêmes, sauf qu'on utilise "to" au lieu de "for" : English Majority Text Version (EMTV), English Standard Version (ETV), New Heart English Bible (NHEB), World English Bible (WEB), et The Common Edition New Testament.

Le Nouveau Testament des Oracles Vivants (LO) traduit la phrase : "tous ceux qui étaient disposés à la vie éternelle ont cru".

Les Juifs impliqués dans cet épisode étaient indignes de la vie éternelle parce que, motivés par l'envie, comme on nous le dit (Actes 13:45), ils ont refusé de croire, rejetant la parole de Dieu. En revanche, certains païens qui ont entendu, ont cru et ont donc été "désignés" ou mis à part pour la vie éternelle, c'est-à-dire qu'ils se sont convertis. Ils ont été mis sur le chemin de la vie éternelle parce qu'ils ont cru. Rien dans ce passage de l'Écriture ne suggère que leur foi était le résultat d'une sélection préalable de la part de Dieu. Comparez Jean 1:12 ; 3:16 ; Actes 26:18 ; Éphésiens 1:13-14 ; 2 Thessaloniciens 2:13.

Cet article est également disponible en format pdf. Télécharger Are_Many_or_Few_Called_in_This_Age.pdf (en anglais)

Copyright © 2014, 2022 par Rod Reynolds

cogmessenger.org

Sauf indication contraire, les citations de la Bible sont tirées de la Sainte Bible, version Louis Segond

Église de Dieu du Messager
Boîte postale 619
Wentzville, MO 63385
USA